Voyage à la Chine

  • Info
  • Pages
  • Transcript
  • Related
Voyage à la Chine
Voyage à la Chine
WF00022A
French
Johann Christian Hüttner
109-112
1803
Paris: J.J. Fuchs
Page 1
Page 2
Page 3
Page 4

Le jour suivant on donna , en présence de l’Empereur, un spectacle
auquel l’ambassade assista. Dans le parc, il y a un théâtre particulier
, consistant en un rez-de-chaussée élevé, et en deux étages. Il est
situé au milieu d’une cour entourée de différents édifices qui forment
un quarré régulier, et où l’on trouve de très belles chambres.
L’Empereur était dans la partie de ces édifices qui est en face des
scènes; elles sont au nombre de trois, l’une au-dessus de l’autre. Sur
les côtés il n’y a point de décorations ; mais le fond est orné de
fleurs et de dorures , et a deux portes. Le spectacle consista en
quelques tournois et l’entrée solemnelle d’un dieu marin. Les tournois
ne manquaient pas de diversité; et des spectateurs qui n’avaient jamais
vu quelque chose de mieux , devaient en être amusés. Sur le théâtre
chinois, les acteurs qui font les rôles d’anciens héros, de grands
guerriers ou de rois, se couvrent tous le visage de blanc et de noir,
s’attachent de longues barbes , et des ailes à chaque épaule ; ils sont
armés de longues piques, et crient au lieu de parler. Il y eut une
grande quantité de ces héros dont les différents costumes, de même que
ceux des autres acteurs, étaient faits d’étoffes de soie de la plus
grande richesse. L’entrée du dieu marin remplit la scène d’une foule de
monstres marins. Comme ils ne pouvaient y nager, on avait été obligé de
leur donner deux ou quatre pieds d’hommes, et ils défilaient ainsi sur
le théâtre avec beaucoup d’ordre. En se rappelant d’ailleurs combien les
Chinois , dans leurs spectacles, sont prodigues de claquets, de bassins
, et de ce qu’ils appellent musique , on verra aisément quelle patience
il fallut pour être spectateur d’un tel spectacle pendant trois heures.

Dans l’entretien que l’Empereur eut à cette fête, avec l’Ambassadeur, il
lui dit : “Ne croyez pas que je perde mon temps en spectacles : un
empereur a assez d’occupations ; mais dans des jours de fêtes, tel que
celui de ma naissance, je fais une exception, selon la coutume de mes
ancêtres.”